Note : les gains éventuels liés aux annonces google seront reversés intégralement à des organisations de protection de la nature et de lutte contre le réchauffement climatique

vendredi 11 juillet 2008

Changement climatique: l'effet de 5 petits degrés...

Voici enfin la réponse au sondage que je vous proposais/ Je vous rappelle la question posée : "Quelle est la différence moyenne des températures sur Terre entre 2008 et la dernière période glaciaire ?"

Les résultats du sondage, en % des répondants
+2°C : 15%
+5°C : 20%
+8°C : 25%
+12°C : 40%

Et la réponse est... 5°C petits degrés seulement : la température moyenne de la Terre aujourd'hui n'est que 5°C supérieure à la température moyenne lors de la dernière glaciation.

Explications
En fait la température moyenne à la surface du globe varie très peu. Elle est extrêmement stable dans les régions tropicales et équatoriales, beaucoup plus variable dans les régions polaires. Ainsi le +5°C en moyenne est plutôt de l'ordre de +10 voire +15°C aux pôles, qui expliquent des glaciers jusqu'en Angleterre en période glaciaire, et un Groenland vert en période de réchauffement (comme au début du 2e millénaire lorsque les Vikings s'y sont installé, d'où le nom de Groenland ("Pays vert").

C'est pourquoi lorsque le GIEC annonce un réchauffement moyen a minima de 2°C, et plus probablement entre 3°C et 6°C, c'est très important.

Si -5°C nous ramènent à une ère glaciaire, où nous emmènent +5°C ?
Force est de constater qu'aucun humain ne possède la réponse, pour la bonne raison que depuis 800 000 ans, cette température n'a jamais été constatée, dixit les carottes glaciaires étudiées. L'homme "moderne" étant apparu il y a 40 000 ans (date à laquelle il a supplanté Néandertal), l'homme n'a jamais connu de situation analogue...

Et pour terminer, je citerai Jean Jouzel, que j'ai eu le plaisir d'écouter récemment à une conférence sur les réfugiés climatiques : "En plus, l'inertie du système est telle que le climat des années 2020-2030 est déjà joué". Nous influons donc en ce moment sur la décennie 2030-40, il est d'autant plus urgent de modifier nos comportements, et à vrai dire, réussir au plus vite la transition vers un nouveau modèle de société "zéro-carbone".

Comme toujours, au plaisir de vous lire
Thomas

2 commentaires:

Ol a dit…

c ki Jean Jouzel ?

Thomas a dit…

Salut mister
Jean Jouzel, climatologue et glaciologue, le spécialiste français :
- Directeur de l'Institut Pierre Simon Laplace des sciences de l'environnement
- Directeur de recherches au CEA
- Vice-président du GIEC
A+